Agriculture et pastoralisme

 

Dans le cadre de son projet de territoire, la Communauté de Communes de la Haute-Ariège a engagé une réflexion sur l’agriculture de montagne, en particulier le pastoralisme.

Essentielle pour le département de l’Ariège, le maintien de l’agriculture représente un enjeu majeur. L’agriculture occupe un rôle déterminant pour le maintien et la cohésion du tissu rural, pour la vitalité économique et sociale des villages, l’aménagement du territoire et pour la préservation de la biodiversité. Elle représente 5,14% des emplois, soit 2 819 exploitants et salariés agricoles.

Le pastoralisme est inscrit dans l’ADN des vallées de la Haute-Ariège. Il connaît depuis plusieurs années un recul certain. Mais c’est une activité vitale pour les zones très rurales et montagnardes. Elle doit dès aujourd’hui dans une démarche de modernisation. L’une des spécificités du pastoralisme est la transhumance, devenue un atout touristique et gage d’authenticité.

Chiffres clés (source : la Fédération pastorale de l’Ariège) :

- 65 Associations Foncières Pastorales (regroupant près de 7 000 propriétaires sur plus de 25 000 ha),
- 90 Groupements Pastoraux,
- une centaine d’unités d’estives sur 115 000 ha et 40 000 ha en zone intermédiaire,
- plus de 500 élevages transhumants.

La Communauté de communes  s'est toujours engagé pour l’agriculture de montagne, avec notamment la Cuisine centrale de Luzenac qui favorise et privilégie les circuits courts et l’agriculture biologique. 


Allez plus loin :

> La Fédération Pastorale de l’Ariège

Nous contacter